Kinshasa : Indo-pakistanais, Chinois, Libanais reçoivent un baptême de feu

Les congolais employés dans les boutiques, restaurants et magasins appartenant aux expatriés, entre autres, les indo-pakistanais, les libanais, les chinois, ont amorcé le lundi 11 mars une grève sèche pour protester contre les mauvaises conditions de travail et les traitements peu orthodoxes dont ils sont victimes de leur part de leurs employeurs.

Pour alerter les autorités face à une litanie des dérives des étrangers sur le sol congolais, plus spécifiquement en matière d’emploi, ils ont initié une marche de colère qui est partie de la place Gare Centrale, en passant par le boulevard du 30 juin, l’hôtel de ville avant de boucler la boucle sur l’avenue du Commerce et dans le marché Zando où se trouvent la plupart de ces magasins et boutiques.
Ce mouvement d’arrêt de travail a été complètement suivi à travers toute la ville, même dans la partie Est de la capitale (Tshangu).

Dans le lot de leurs revendications, ces travailleurs dénoncent un salaire mensuel ou journalier dérisoire qui ne respecte pas le SMIG, le non respect des heures de travail et le non paiement des primes pour des heures supplémentaires. Ils déplorent aussi l’utilisation abusive et trop excessive de la sous-traitance, à la base des détournements et des malversations financières de leurs rémunérations de la part des agences qui affectent des agents dans les différents magasins, boutiques et restaurants des étrangers.
Enfin, ils demandent au Chef de l’État, Félix TSHISEKEDI, de se saisir de ce cas et de leur venir en aide.

Rebecca BILENDO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *