RDC: Insolvable, Vodacom Congo SA s’illustre dans des grands scandales des fraudes fiscales

La société Vodacom ne respecte pas l’État congolais. C’est le moins qu’on peut dire après la publication d’un rapport accablant mise à la disposition des journalistes par le ministère des PT-NTIC autour de l’utilisation illégale et frauduleuse de la licence 2G par l’entreprise susdite.

Pour votre mémoire, il sied de noter qu’en date du 02 janvier 1998, l’État congolais avait attribué à la société Vodacom Congo (RDC) S.A la licence de concession du service public des télécommunications n°02/97/GSM pour la fourniture au public des services de téléphonie cellulaire de la 2ieme génération (2G) pour une durée de 20 années.

Curieusement au bout de l’expiration de ce délai, Vodacom n’a pas pu renouvellement cette licence qui coûterait 65.000.000$ actuellement.
Comme si cela ne suffisait pas, Vodacom a demandé et obtenu des fréquences additionnelles GSM dans les bandes de 900 et 1800 MHz, une démarche qui a automatiquement modifié la largeur des bandes de fréquences de la licence 2G. À ce titre, Vodacom devait verser aussi à l’état 25% du prix de la licence 2G, soit 16.250.000 USD.

Contre toute attente, la société Vodacom s’est associée à certains agents de l’État pour s’offrir des avantages illicites au détriment du Trésor public en se fixant elle-même un montant imaginaire à donner à l’état congolais.

En conclusion, il faut noter que Vodacom Congo exploite, à ce jour, illégalement les activités de fourniture des services de téléphone de la deuxième génération (2G), conclu ce rapport avant d’indiquer ce qui suit:

 » C’est pourquoi, la DGRAD vient de lui transmettre les notes de perception pour paiement de la somme de 30 millions de dollars à titre des pénalités pour exploitation illégale des activités des télécommunications ».

Il revient donc au nouveau pouvoir de mettre toutes les batteries en marche pour réhabiliter l’état congolais dans ses droits et mettre un terme à la fraude, la corruption et l’impunité dans le secteur des télécommunications.

LIBERTÉ PLUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *