RDC: Pour maintenir l’inflation à son niveau actuel, le Gouvernement opte pour l’émission des bons du Trésor (vice-ministre des finances)

Visiblement, l’actuel leadership à la tête du ministère des finances est en train de travailler durement pour rationaliser l’économie congolaise, loin des tâtonnements et des imprécisions de toute nature ayant élu domicile ce secteur vital dans le passé.

C’est ce qu’on peut conclure après une lecture profonde d’un Communiqué du vice-ministre des Finances, Junior Mata, transmis à LIBERTÉ PLUS par son staff de communication.

Dans ce communiqué, cet officiel congolais annonce, pour ce vendredi, 04 Octobre, la publication de la première adjudication des titres des bons du Trésor.

Au fait, il s’agit d’une opération qui consiste, pour l’Etat congolais, de se ressourcer auprès des privés afin de booster son système budgétaire. C’est une mesure légale interrompue, malheureusement, depuis belle lurette à cause, notamment des contraintes sécuritaires et économiques. Et, les circuits financiers de l’État en ont payé une lourde tribut.

 » C’est depuis 1995 que le Gouvernement Congolais n’a plus emis des titres d’emprunt sur le marché intérieur », révèle Junior Mata.

 »La situation politique et sécuritaire de l’époque, poursuit-il, couplée à un contexte économique difficile ne permettait plus la poursuite de ces opérations. En l’absence de toutes les possibilités de financement du solde budgétaire, l’espace budgétaire du gouvernement s’en trouve, par voie de conséquence, réduit ».

En décidant de relancer les bons du Trésor et les Obligations du Trésor, après plus de deux décennies, l’actuel régime s’écarte donc de toute idée de recourir à l’endettement extérieur, du reste, trop exigeant ou encore au financement monétaire par la banque centrale (Planche à billet).

*Des assurances ont été aussi lancées*

Le vice-ministre des finances est convaincu que le manque de confiance des privés vis-à-vis de l’État pourrait se présenter comme obstacle à ces opérations. Raison pour laquelle, il a rassuré les uns et les autres quant au respect des engagements de son ministère.

 » Mesdames et Messieurs, déclare-t-il, soyez rassurés de la détermination du Ministère des Finances à respecter cet engagement. Il s’agit, en effet, d’un défi majeur que nous ne pouvons ignorer eu égard à la nécessité de renforcer la confiance en la signature de l’État ».

D’après son message, les souscripteurs seront soumis à certains allègements allant jusqu’à voir les intérêts perçus dans ces opérations êtres défiscalisés.

Hervé Mulumba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *