Gecamines- Affaire 200 millions $: entre intox, sensationnel et vérité des faits

Les informations diffusées ça et là vont dans le sens de faire croire aux citoyens Lamda que les dirigeants de la Gecamines ont empoché 200 millions de dollars qu’ils ont dûs même déjà utiliser. Or, cela n’est pas totalement vrai. À la place d’une affirmation, il faut peut-être évoquer une tentative de détournement, mais reste à savoir si réellement c’est cela vraiment le cas ou c’est juste un acharnement médiatique pour pousser le Président de la République à revoir très rapidement ses ordonnances reconduisant Albert Yuma à la tête du Conseil d’administration de ce géant entreprise de l’État.

VOICI LES FAITS

Depuis le 20 décembre courant, le Parquet Général de Kinshasa a initié une enquête judiciaire contre trois responsables de la Gecamines pour blanchiment des capitaux et faux et usage de faux.
Il s’agit de Albert Yuma, Jacques Kamenga et Ngele Masudi, respectivement Président du Conseil d’administration, Directeur Général et Secrétaire Général de cette entreprise.

Apparemment, ce sont ceux qui travaillent à la Gecamines qui ont alerté la justice sur un vrai-faux endettement qui pèse sur la Gecamines. Il s’agit du dossier de 128 millions $, une somme colossale que l’entreprise Fleurette Mumi Holdings Limited appartenant au fameux homme israelo-congolais, Dan Gertler, aurait prêté à la Gecamines.

Curieusement, au mois d’octobre 2019, cette dette est passée de 128 millions de dollars à 200 millions de dollars ( intérêts).

Frappée par les sanctions américaines, Fleurette Mumi Holdings Limited va, plus tard, charger une autre entreprise dénommée Ventora Development pour récupérer sa dette auprès la Gecamines. Pour mieux faire les choses, le Tribunal de Commerce de Lubumbashi a été saisi du dossier. Au bout du procès, la Gecamines a été condamnée de verser 200 millions de dollars à Ventora Development.

Et, subitement, au moment où une entreprise franco-britannique, Glencore, se prépare à débourser près 250 millions de dollars à la Gecamines en guise du paiement des espaces miniers que cette entreprise aurait dû acheter auprès de ce géant congolais via Katanga Mining, eh ben voilà, les alertes sont lancées dans tous les sens pour incriminer les hautes autorités de la Gecamines, comme quoi elles auraient faciliter Ventora Development à gagner de l’argent utopique.

LE PARQUET A DU PAIN SUR LA PLANCHE

Pour accélérer les choses et donner une suite favorable et très rapide au peuple congolais qui attend en savoir un peu plus sur ce prétendu détournement, le Parquet Général de Kinshasa doit aussi s’intéresser au jugement du Tribunal de commerce de Lubumbashi. Ensuite, chercher à savoir si réellement le montant de 128 millions ont été débloqués. Si oui, comment cet argent a été utilisé, au point de produire un intérêt de plus 72 millions de dollars jusqu’à 2019.

La justice peut aussi d’interresser au compte bancaire de la Gecamines pour savoir si ce compte héberge quel montant, en dehors du paiement de 250 millions de dollars attendus auprès de Glencore. Et pourquoi pas chercher à savoir avec exactitude les raisons qui poussent la Gecamines à vendre régulièrement ses espaces miniers aux entreprises étrangères.

Dossier à suivre… Car, la communauté internationale, donneur des sanctions économiques, surveille cette affaire de près.

LIBERTÉ PLUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *