RDC: Orgueil, complexe de supériorité ou intégrisme intellectuel ? Professeur André mbata, un cas à suivre ( LIBERTÉ PLUS Édito)

Revenu à l’UDPS après avoir quitté l’UNC au motif que son ex-président, en la personne de Vital KAMHERE, s’est compromis en prenant part au fameux dialogue de la cité de l’Union Africaine, le Professeur André MBATA, car, c’est de lui qu’il s’agit, est revenu à la charge, comme dans ses habitudes, cette fois-ci, contre l’hierarchie de son nouveau parti, incarné par Jean-marc Kabund et Augustin kabuya, respectivement, Président délégué et Secrétaire Général de l’UDPS. N’est-ce pas là une écharde qui lui colle à la peau et qu’il a difficile à se défaire, surtout quand il n’a pas trouvé immediatement son compte dans un ministère ou désespérément à la tête d’une entreprise?

Pour vous en convaincre, sa toute dernière sortie médiatique teintée de confusion met à nu son amateurisme, au point que plus d’un remettent en cause sa capacité à marier son bagage intellectuel au réalisme politique qu’il ne maitrise visiblement pas.

Notre intello se prenant pour un ange grâce à ses innombrables diplômes est, malheureusement, tombé si bas, en focalisant sa réflexion, comme le ferait un homme ordinaire, sur les études de son Excellence Jean-marc Kabund, Président a.i. de l’UDPS. Apparemment, notre super Prof manifeste là un complexe de supériorité assaisonné d’orgueil qu’il a difficile à cacher. Autrement dit, chasser le naturel, et il reviendra au galop!

Et, voilà! comme un diable dans un benitier, cet ancien proche de Vital KAMHERE défend la thèse de la convocation du Congrès à l’UDPS comme priorité des priorités après celui organiser à peine, en 2018. Ce qui vraisemblablement parait illogique, dès lors le prof MBATA demeure dans l’incapacité de démontrer combien des fois le sphinx de Limete a-t-il convoqué de congrès durant des nombreux mandats à la tête de l’UDPS ? Ses élucubrations se fondent-elles du fait que le choix du peuple soit porté sur le Président Félix A. Tshisekedi? Est-il concerné par les mesures restrictives contenues dans l’art 26 des statuts de l’UDPS ou s’agit-il d’un cas spécial ayant nécessité des mesures politiques spéciales ?

Dès lors, en refusant cette réalité, notre super prof prouve qu’il n’a pas encore intégré réellement l’UDPS, manifestant par là un déficit aberrant sur le fonctionnement de la Convention Démocratique, la plus grande structure du parti sur le plan numérique. Or, il s’avère que la Convention Démocratique demeure incomplète et n’a jamais tenu son assemblée générale. D’où, il y a lieu de se demander à quelle base appartient le super prof pour ne pas être au courant des faits aussi élémentaires communiqués à la base?

Par ailleurs, il est inconcevable que notre super prof soutienne la thèse selon laquelle l’organisation des prochaines élections aura lieu en 2024. Quel gâchis dès lors que ces scrutins doivent intervenir 90 jours avant l’expiration du mandat du Chef de l’Etat soit, en novembre 2023. Qui dit vrai? Cesse de rêver, monsieur le professeur. Vous avez une année d’avance, non sur vos contemporains, mais sur le temps universellement reconnu.

Entretemps, chers compatriotes, ne vous étonnez pas d’apprendre un de ces 4 matins le virage à 180 degrés de notre intello pour quitter l’UDPS et intégrer offciellement la chaine des rouspeteurs nationaux, le LAMUKA, par exemple, etant donné que son periple n’est pas encore à son terme. Car, n’oubliez pas que  » Ce qui se ressemble s’assemble ». Sans doute que le prof Devos KITOKO vous attend de pied ferme pour former le tendem des critiques incapables de donner la moindre solution aux problèmes de la cité.

Rébarbatifs à souhait. Qui dit mieux?

HERVE MULUMBA,
Liberté plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *