RDC: L’identification d’une nouvelle majorité devient inévitable, les Secrétaires Généraux de l’administration publique doivent se préparer à gérer le pays

Tous les signaux pour la rupture de la coalition FCC-CACH ont été accomplis. La goute d’eau qui a fait déborder le vase se trouve être l’attitude du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba après une réunion avec certains membres du Gouvernement dans la soirée de Samedi 28 juin, réunion de colère convoquée d’urgence suite à l’arrestation du VPM en charge de la justice, Célestin Tunda Ya Kasende.

Dans un communiqué après cette réunion, le Chef du gouvernement a demandé publiquement au Chef de l’État d’entreprendre des initiatives allant dans le sens de promouvoir l’harmonie entre les différentes institutions, notamment « exiger des sanctions auprès du Conseil Supérieur de la Magistrature à l’encontre du PG de la Cour de la cassation qui a arrêté le VPM Tunda Ya Kasende».

Plus loin encore, le Premier Ministre a évoqué la possibilité pour son gouvernement de démissionner au cas où des sanctions nécessaires ne sont pas prises contre le Procureur Général près la Cour de cassation.

Et pourtant, estiment les observateurs politiques, plutôt que de faire ce genre des déclarations en public, le Premier Ministre devrait, en principe avoir des entretiens avec son Chef hiérarchique ( Le Commandant suprême de l’armée et de la police, le magistrat suprême et garant de la nation).

En évoquant la démission du Gouvernement, Sylvestre Ilunga rejoint justement la position exprimée par sa famille politique, le FCC, qui parle également de la possibilité de passer de la coalition à la cohabitation avec le camp du Président Tshisekedi.

À ce sujet, l’UDPS, le parti présidentiel, a annoncé via son Secrétaire Général Augustin Kabuya, qu’en cas de rupture de la coalition, le Président de la République nommera un nouveau informateur qui aura la mission d’identifier une nouvelle coalition gouvernementale au parlement.

Même si le délai du travail de l’informateur est bien déterminé dans la constitution du pays, il sera sans surprise que celui-ci prenne un peu plus de temps que prévu pour atteindre les objectifs qui lui seront assignés. Des cas pareils se sont aussi reproduits en Belgique qui a fait pratiquement 6 mois sans gouvernement et même en Allemagne où Angela Merkel avait pris son temps pour formaliser son gouvernement.

Pour le cas de la RDC, les Secrétaires Généraux de l’administration publique doivent, dès cet instant, se préparer à gérer le pays durant le moment où l’informateur sera en train de faire son travail pour la formation d’une nouvelle majorité parlementaire au sein de laquelle sortira le nouveau gouvernement de la République conformément à l’article 78 de la constitution.

Hervé Mulumba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *