RDC: Jacquemain Shabani:  » Les anti-valeurs ont emporté sur la stratégie mise en place par le parti lors des sénatoriales du 15 mars ».

Le Président de la Commission électorale permanente ( CEP) de l’UDPS, maître Jacquemain Shabani a été invité comme orateur principal à un colloque organisé, le weekend dernier à Kinshasa, par l’Association des Jeunes Professionnels de l’UDPS,  » AJPRO » en sigle, et la cellule de l’UDPS de Limete Résidentiel.

Ayant pour thème:  » Les activités électorales du Parti et les besoins en formation des nouveaux adhérents », cette manifestation a connu la participation de plusieurs jeunes du parti et d’ailleurs.

Cependant, Maître Jacquemain Shabani n’est pas allé par quatre chemins pour identifier le manque de formation politique et idéologique des différents députés provinciaux comme la principales cause ayant prévalu à l’échec cuisant de l’UDPS aux récentes sénatoriales. Il dit ne pas comprendre que son parti qui dispose d’une trentaine des députés provinciaux à travers 5 provinces de la République, dont Kinshasa, Kongo central, Kasaï Oriental, Lomami et le Kasaï soit incapable de faire élire des sénateurs.
C’est une tâche qui incombe à l’école du parti, a-t-il martelé, qui doit intensifier les séances de formation des nouveaux adhérents.

Il a tout de même souligné que contrairement aux rumeurs, le leadership du parti a bel et bien organisé des séances de concertation avec ses grands électeurs au cours desquelles des orientations strictes ont été données en rapport avec le déroulement des sénatoriales. Mais, a-t-il regretté,  » les anti-valeurs ont emporté sur la stratégie mise en place par le parti, alors que moi-même j’avais retiré ma candidature pour donner la chance aux autres candidats du parti ».

 » L’une des réponses à la débâcle du 15 mars c’est l’intensification des activités du personnel du parti, a lancé maître Jacquemain Shabani qui appelle aussi au calme en attendant les conclusions de la commission de discipline du parti qui siégera à ce sujet pour établir des responsabilités individuels.

Le n•1 de la CEP espère que le travail de ladite commission aboutira à des résultats escomptés susceptibles de corriger le déficit existant pour qu’à l’avenir le président de la République puisse disposer d’une machine politique puissante susceptible de l’aider à consolider sa gouvernance.

Herve Mulumba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *