RDC: Les circonstances obligeront l’ancien candidat-président Martin Fayulu à admettre finalement son statut d’opposant à Félix Tshisekedi

L’ensemble de la classe politique congolaise s’est bien rendue compte que plusieurs manifestations politiques organisées depuis l’indépendance n’ont rien apporté en Rdc, si ce ne sont que l’écoulement du sang et la la régression du pays. Beaucoup estiment qu’il est l’heure de ne plus répéter ces erreurs du passé, mais de construire le pays ensemble.

C’est pour cette raison que les leaders de la plate-forme politique Lamuka, réunis du 26 au 27 avril à Bruxelles, ont finalement choisi d’abandonner la contestation des résultats des élections passées et de transformer leur structure en une coalition politique, en vue de mener une opposition responsable et constructive au sein des institutions du pays.

« (…) Nous sommes au parlement parce que nous avons décidé de ne pas abandonner ce peuple, de ne pas abandonner les institutions (…). Je ne suis pas dans l’opposition contre Félix Tshisekedi (…) », a déclaré pour sa part Martin Fayulu, ancien candidat président de la république de Lamuka.

« Nous voterons NON pour ce qui est mauvais, nous voterons ABSTENTION pour ce qui sera bon de la part du pouvoir et de la majorité parlementaire, nous sortirons quand c’est vraiment contre le peuple », a dit l’ancien premier ministre Adolphe Muzito, expliquant ce que va consister leur démarche au sein du parlement.

Quant à la question relative au mode de fonctionnement de la Coalition, les leaders de Lamuka se sont mis d’accord sur une présidence tournante d’environ trois mois. C’est l’ancien gouverneur du Katanga Moïse Katumbi qui ouvre le bal avec la première présidence.

Fabrice Lukamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *