RDC: Les nouvelles nominations à la tête de la Sonas seraient dictées par Carole Agito et risquent de compromettre le véritable Audit financier de cette entreprise publique

Chaque observateur averti a eu quand bien même à se poser autant de questions autour de la nomination quelque peu précipitée, le 30 avril dernier, de Lucien Ekofo en qualité de l’ADG à la tête de la Sonas, alors qu’une équipe conduite par Bushiri et Muteba était déjà préparée et avait reçu toutes les notifications possibles de la part du ministère du portefeuil pour assurer l’intérim conformément aux us et Coutumes de l’entreprise recommandant au plus ancien et au plus gradé de diriger l’entreprise en cas d’empêchement ou de démission de l’ADG.

D’après les sources de la Sonas, l’équipe Bushiri avait tout mis en œuvre afin d’ouvrir les enquêtes sur les graves allégations des malversations financières et détournements qui ont caractérisé la gestion scabreuse de l’entreprise durant l’ère Herman Mbonyo et Carole Agito et entamer également le début du paiement des agents de la Sonas à partir du 02 mai.

Scandales, scandales, scandales… Il faut le dire! Les travailleurs de la Sonas sont formels à ce sujet:

 »Le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, l’homme du changement, a été impliquée dans une erreur fatale par son administration en précipitant de signer l’ordonnance nommant les nouveaux responsables de la Sonas au moment où l’audit paraissait comme une chose primordiale ».

Et pour cause? Dès lors que l’équipe intérimaire se préparait à prendre les commandes de l’entreprise, les nominations définitives n’étaient plus urgentes. Mais, ce n’est pas vraiment ça le problème.

Le noeud du problème, à ce jour, est celui de savoir avec exactitude les motivations ayant poussé le Chef de l’État a opéré ces nominations. De deux de savoir aussi qui sont-ils ces nouvelles figures à la tête de la Sonas.

He ben, voici la réponse à cette problématique:

« Lucien Ekofo, le nouveau Administrateur Directeur Général, son adjoint Badibanga ainsi que le directeur financier, monsieur Luc Miruho sont tous les hommes de cœur de la sénatrice Carole Agito », renseignent bien des sources proches de la Sonas. Leur mission principale c’est d’ausculter toute démarche tendant à faire découvrir au public les scandales financiers et les bavures administratives que les précédentes équipes sont coupables.

 »Tenez, Lucien Ekofo fut, sous Agito, Directeur Région de Kinshasa (DRK). A ce titre, il avait en charge 32 agences de la Sonas-Kinshasa et les directives normatives. Bandibanga, quant à lui, il fut tour à tour Directeur de l’agence de LIMETE et de la Gombe avant d’être expulsé par les travailleurs pour mauvaise gouvernance, tandis que Luc Miruho, nommé actuellement Directeur des finances de la Sonas, fut le directeur financier de Carole Agito Amela ».

Du coup, l’espoir des travailleurs de la Sonas de vivre l’alternance et le changement a été carrément emporté.

Néanmoins, l’on est tenté de se demander comment madame Agito a-t-elle fait pour  »dicter » son choix au Chef de l’État Félix Tshisekedi avec qui elle n’a pas pourtant des relations politiques? C’est une préoccupation qui demeure pendante.

En attendant d’en savoir un peu plus, que faut-il faire aujourd’hui, puisque le retrait de l’ordonnance présidentielle semble être impossible, à l’aube de la remise et reprise ?
C’est ça le grand problème auquel tous les hommes épris de justice et de paix devront réfléchir afin de redonner finalement l’espoir à ces parents travailleurs de la Sonas qui ont vécu une décennie noire de corruption, des brimades, privations, humiliations et autres voies de fait. Et, la réponse demeure  »un Audit sérieux et systématique » de la situation de la Sonas.

Dossier à suivre…

LIBERTÉ PLUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *