Kinshasa : Mercredi, un mauvais jour pour Dolly Makambo

Quoiqu’on dise de la RDC concernant les faiblesses de ses institutions, il est notoire de constater qu’il existe bel bien un appareil judiciaire qui fonctionne quand bien même dans ce pays. Il faut donc s’abstenir de se faire soi-même justice.

C’est la leçon à tirer après le drame survenu, hier mercredi, dans l’enceinte de l’hôpital VIJANA dans la commune de Lingwala où un policier assumant le rôle de garde du corps du ministre provincial de Kinshasa de l’intérieur, Dolly Makambo, a tiré à bout portant, au niveau de la tête, sur l’administrateur gérant de cet hôpital public, un homme de 33 ans, qui a, malheureusement, rendu sur le champ.

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, on se rend compte que l’infortuné a opposé une résistance contre une démarche visant à le ramener arbitrairement dans une jeep vers une destination inconnue.

Malgré ses fonctions du ministre, Doly Makambu n’avait aucunement droit légal d’ordonner la descente de son équipe de garde à VIJANA pour procéder à l’arrestation du défunt jeune homme qui, d’après les informations, protestait contre la spoliation d’un terrain de l’État congolais réservé au centre de santé VIJANA.

Pourquoi Dolly Makambo ne s’est-il pas appuyé sur le levier de la justice s’il estimait vraiment qu’il était dans la bonne direction.

À l’heure qu’il est, le sort du ministre de l’intérieur est scellé. Il est exposé à des réprimandes administratives, politiques mais aussi judiciaires pour avoir donné un mauvais ordre à ses poulains. L’Assemblée provinciale de Kinshasa a déjà annoncé une plénière spéciale autour de ce dossier, tandis que les voix s’élèvent au sein de l’opinion publique pour exiger le limogeage de Dolly Makambo.

Quant au Policier tueur, qui pensait tourner un film commando dans ce centre hospitalier en pointant le canon de son kalachnikov à la direction de tout celui qui s’approchait de leur voiture, il sera poursuivi et condamné certainement.

Affaire à suivre…

Hervé Mulumba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *