RDC: Mukwege alerte sur des messages de menaces lui envoyés par des inconnus après avoir dénoncé les tueries de Kipupu

Le numéro Un de l’hôpital de Panzi, le docteur Denis Mukwege, fait savoir que le simple fait d’avoir dénoncé le massacre de personnes qui a eu lieu le 17 juillet dernier dans le territoire de Kipupu dans la province du Sud-Kivu, est en train de lui attirer des menaces de toutes sortes.

« Depuis mon tweet du dimanche 26 juillet dénonçant le récent massacre survenu à Kipupu en territoire de Mwenga au Sud-Kivu, j’ai reçu diverses correspondances haineuses et des membres de ma famille ont été intimidés et menacés », a-t-il affirmé dans une déclaration faite ce vendredi.

Mais selon le Prix Nobel de la Paix, cela ne l’empêchera pas à poursuivre le combat qu’il a choisi, celui de défendre ses compatriotes en dénonçant des actes barbares dont ils sont victimes depuis la nuit des temps. Et il a ajouté qu’en 2012 déjà, il avait fait l’objet de deux tentatives d’assassinat.

« Aucune malversation intellectuelle, aucune menace, aucune utilisation de la peur, ne m’empêchera de m’exprimer sur la réalité des atrocités que vivent les populations de mon pays et dont je soigne les séquelles tous les jours dans mon hôpital à Bukavu », a ensuite dit celui que l’on a surnommé « le réparateur des femmes ».

Pour rappel, après ledit massacre, le célèbre gynécologue congolais écrivait: « Ce sont les mêmes qui continuent à nous tuer. Les comptes macabres de Kipupu sont dans la ligne droite des massacres qui frappent la RDC depuis 1996 ».

Ce sont au moins 15 personnes qui ont été massacrées par des rebelles dans le territoire de Kapupu; et deux cents (200) disparitions sont enregistrées.

*Fabrice Lukamba*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *