Rentrée judiciaire: Abigaelle Wa nzambi Lussambo soutient la proposition de la suppression des immunités des poursuites pour certains officiels en RDC

Une cérémonie solennelle a marqué la rentrée judiciaire, le jeudi, 15 août, à la Cour de Cassation.

Dans son discours, le Premier Président de ladite Cour, le juge David Christophe Mukendi Musanga a plaidé pour la suppression des immunités de plusieurs officiels du gouvernement national et gouvernement provincial, en dehors du Premier Ministre, afin, dit-il, de restaurer le sentiment de crainte dans le Chef de ceux qui sont appelés à gérer la cité. Ainsi donc, fait-il savoir, les membres du gouvernement pourront être poursuivis et jugés sans aucune dérogation du pouvoir législatif et suivant les règles de procédure au premier degré par le Tribunal de Grande Instance (TGI) et au second degré à la Cour d’appel.

Il en est de même pour les députés nationaux, sénateurs et députés provinciaux qui devront, selon la proposition de la Cour de Cassation révélée par le juge David, bénéficier des immunités qu’en cas de la commission des infractions commises dans le cadre de leurs opinions.

Juriste de formation, la combattante de l’UDPS Abigaelle Wa nzambi Lussambo dit soutenir cette proposition qui pourra dans certaines mesures aider la justice à combattre, sans suivre des procédures kilométriques, les malversations financières, les détournements et autres méfaits commis par les autorités publiques.

Abigaelle Wa nzambi Lussambo appelle à l’adoption de cette réforme parce que, enchaîne-t-elle, elle tombe à point nommé dans le contexte où le Chef de l’État, Félix-Antoine TSHISEKEDI, tient à appliquer une justice transitionnelle pour renforcer l’État de droit que le peuple congolais appelle de tous ses vœux.

LIBERTÉ PLUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *