Affaire Minembwe: 1er secrétaire national du parti Socialiste, Daniel Mwana Nteba appelle le Chef de l’Etat à la grande vigilance

Le débat est loin d’être clos à propos de la création de la commune de Minembwe, même si le processus visant l’installation des animateurs de cette commune située dans le Sud-Kivu a été suspendu par le chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi.

Se confiant à liberteplus.net ce jeudi 24 décembre 2020, le premier secrétaire national du parti Socialiste Daniel Mwana Nteba n’est pas allé par quatre chemins pour déclarer que c’est normal qu’il y ait autant d’inquiétudes par rapport à l’idée d’installer Minembwe comme commune, parce qu’elle fait déjà partie de régions congolaises menacées et soupçonnées de balkanisation.

« (…) Minembwe a un péché originel: c’est le fait de se trouver à l’Est, l’Est de la République où il y a eu autant de morts (…) Les cicatrices sont encore fraîches. Et le premier réflexe lorsqu’on parle de cette contrée, c’est la méfiance par rapport à tout ce qui pourrait se faire et qui pourrait aller dans le sens d’un projet qui a été dévoilé à l’époque, celui de la balkanisation. Aujourd’hui, tout ce qui se fera, ne pourra qu’être réfléchi de manière à savoir, en quoi ce qui se fait pourrait faciliter la balkanisation », a-t-il dit.

De plus, enchaîne l’acteur politique, ce qui inquiète, « c’est la précipitation et les moyens qui ont été mis en place pour l’installation d’une seule commune, en l’occurrence la commune de Minembwe, alors que plusieurs autres nouvelles communes dans plusieurs autres provinces étaient concernées ».

Pour Daniel Mwana Nteba, chef de l’Etat devrait ouvrir grandement les yeux, afin de mieux comprendre les réalités qui seraient cachées au tour de la création de Minembwe comme commune.

« Je crois qu’aujourd’hui le chef de l’Etat doit ouvrir l’oeil et bon pour s’assurer qu’effectivement rien de méchant ou rien de tendancieux ne se cache derrière cette histoire », a pensé le premier secrétaire national du parti Socialiste.

Il faut rappeler que lors d’une tournée à l’Est du pays, l’actuel ministre d’Etat et ministre de la Décentralisation Azarias Ruberwa avait voulu procéder à l’installation du bourgmestre de Minembwe. Mais cela avait tellement suscité des vives tensions que le président de la République avait demandé la suspension du processus. Le lundi 19 octobre dernier, le ministre Ruberwa avait été aussi interpellé à l’Assemblée nationale pour donner des explications sur cette question.

*Fabrice Lukamba*

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *