Interview exclusive et inédite : À bâtons rompus avec Bellarmin Kimbulu Lubemba, Membre de l’UDPS et Conseiller financier au ministère de la Santé

LIBERTÉ PLUS : Mr. Bellarmin Kimbulu, vous êtes Conseiller financier au ministère de la santé et Membre de l’UDPS, Bonjour!

BELLARMIN KIMBULU : Bonjour LIBERTÉ PLUS !

LIBERTÉ PLUS : Au sein de l’Union sacrée, un climat des tensions oppose, à ce jour, le Président a.i de l’UDPS, l’honorable Jean-Marc Kabund au camp de Jean-Pierre Bemba et de Moïse Katumbi autour des partages des postes des responsabilités ? Comment vous comprenez cette situation ?

BELLARMIN K: Le MLC n’a jamais été d’accord avec nous Udps, vous vous en souviendrez qu’en 2005, Jean-Pierre Bemba avait menacé de tirer sur les manifestants qui réclamaient la fin du régime 1+4. D’ailleurs dans cette marche, on avait failli perdre l’actuel Président de la République, son excellence Félix Tshisekedi, au niveau de pont Cabu. Donc, c’est sans surprise leur prise de position, le contraire étonnerait plus d’une personne!

Question : Le Pasteur Ngoyi Mulunda, l’ex président de la CENI, est aujourd’hui poursuivi pour incitation à la violence tribale. Sa famille politique parle d’un procès qui va dans le sens d’étouffer la liberté d’expression…

BELLARMIN K: Non, ils doivent savoir que l’heure de l’impunité est révolue en RDC. J’ai compris que la prédication qui a conduit à son arrestation était plutôt un meeting politique caractérisé par des messages incitants à la haine, en lieu et place d’un culte.
Le prof Huit Mulongo a été tabassé et emprisonné par le régime passé, mais personne n’a crié ; tous les dignitaires katangais sont restés muets. Que la justice fasse son travail!

LIBERTÉ PLUS : Les États-Unis d’Amérique ont désormais un nouvel visage à la tête du pays, il s’agit de Monsieur Joe Biden. Nous savons que l’administration Trump a toujours soutenu le régime de Kinshasa. Ce changement de pouvoir aux USA pourrait-il avec des répercussions dans les relations entre les deux pays?

BELLARMIN K: Je ne pense pas que cela puisse avoir des répercussions négatives sur nos relations avec les États-Unis. Aussi longtemps que nous avons un Président fin Diplomate qui saura bien négocier et protéger les intérêts de la RDC.

LIBERTÉ PLUS : Au moment où l’on parle de la progression vertigineuse de la deuxième phase de la maladie à coronavirus, l’ONU demande cependant à la RDC de rouvrir les écoles, que faut-il faire ?

BELLARMIN K: Nous devons nous référer aux recommandations de nos experts de santé publique ce sont eux qui peuvent nous fixer sur les options à prendre par rapport à la situation sanitaire.

LIBERTÉ PLUS : L’opposant Martin Fayulu a mis en place son cabinet de travail. Quel impact peut-elle avoir une telle initiative en ce moment précis ?

BELLARMIN K: C’est du copier coller sans idéologie. Dans les 6 mois, on en parlera plus de cette affaire.

LIBERTÉ PLUS : Vous évoluez dans le cabinet du ministre de la santé comme conseiller financier, que diriez vous à ceux qui disent que le covid-19 n’existe pas à Kinshasa.

BELLARMIN K: Nous devons avoir confiance à nos experts en santé. N’attendez pas que la maladie arrive chez vous pour croire. Les données épidémiologiques renseignent que la pandémie Covid-19 existe en RDC.

LIBERTÉ PLUS : Nous avons fini, avez-vous des choses à ajouter?

BELLARMIN K: Nous avons confiance à notre Président Fatshi Béton et à la hiérarchie de notre parti notamment le président JM Kabund et le SG Kabuya.

Propos recueillis par LIBERTÉ PLUS, Janvier 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *