Insécurité à l’Est de la RD Congo : Mboso et Kabund mettent la pression sur les probables complices au sein de l’Assemblée nationale

«Quittez les groupes armés». Cette phrase prononcée a l’hémicycle du palais du peuple au cours de la plénière de lundi par le Président de l’Assemblée nationale, l’honorable Christophe Mboso N’Kodia à l’endroit des élus nationaux du Nord-Kivu est à la base d’un tôlée général enregistrée récemment au sein de l’Assemblée nationale.

Invité à présider la suite de la plénière après le départ de son titulaire à la cérémonie d’investiture du Président Faustin Touadera en Centre Afrique, le Premier Vice-Président de l’Assemblée nationale, l’honorable Jean-Marc Kabund a martelé au sujet de la supposée complicité au sein de la chambre basse en indiquant que le bureau dont il est membre ne protégera aucun député national impliqué dans la situation insécuritaire qui sévit à l’Est, a-t-il indiqué.

En effet, depuis belle lurette, l’armée et plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer la complicité des responsables politiques et de la communauté internationale dans la guerre asymétrique imposée injustement à l’Est de la République Démocratique du Congo.

Cette situation déplorable qui perdure a, malheureusement, coûté la vie à de milliers des civils, à plusieurs officiers militaires et hommes en uniforme, a donné lieu à de centaines des femmes violées et fragilisé la stratégie de dissuasion de l’armée face aux ennemis de la paix en rd Congo. Il y a lieu que des solutions à la hauteur de cette complicité soient trouvées pour mettre définitivement fin au zèle amère manifestée par ces fauteurs de troubles avec leurs complices.

LIBERTÉ PLUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *