RDC: Lualaba, la Nouvelle Génération pour le Changement (NGC) appelle l’ouverture d’une action judiciaire à l’encontre du Gouverneur Richard Muyej pour mauvaise gouvernance

Depuis quelques temps, des voix s’élèvent dans la province du Lualaba pour dénoncer la mauvaise gestion de la chose publique par le gouverneur Richard Muyej. La dernière en date est celle de la plateforme la Nouvelle génération pour le Changement, NGC en sigle, qui, à travers son Cordonnateur national Mardochée N’sele, révèle plusieurs faits corroborant une megestion caractérisée de la province du Lualaba sous le leadership de Richard Muyej.

Pour remédier à cette situation qui mine le développement de cette province pourtant si riche, le coordonnateur de la NGC appelle à l’ouverture d’une enquête judiciaire en vue de faire la lumière sur cette ténébreuse affaire qui n’a que trop durée.

« La situation de la province du Lualaba est chaotique, déclare monsieur Mardochée. Madame la vice-gouverneur du Lualaba s’est comportée en une femme républicaine pour dénoncer la megestion de la province caractérisée par la redevabilité de plus de 83 millions de dollars représentant l’emprunt que le gouverneur de Province a laissé envers les banques, alors que la province reçoit dans les redevances mensuelles l’équivalent de 10 millions 622 milles dollars qui passent inaperçus. Les comptes du trésor de la province étaient alimentés uniquement par les taxes dont on ignore la traçabilité à ce jour », a révélé le Coordonnateur national de la Nouvelle Génération pour le Changement.

Mardochée Nsele dénonce aussi le cas de spoliation des domaines publics de l’État sous Richard Muyej. « Aujourd’hui, révèle-t-il, le Gouverneur Muyej a spolié Mwangeje, une concession de deux hectares et demi vendue à un sujet Indien à 1 million 80 milles dollars, selon lui-même le Gouverneur, et 2 millions 600 milles dollars, selon le ministre provincial de la Santé. Néanmoins, cet argent n’a jamais été versé dans les caisses de l’État. Seul Muyej connait là où l’argent est parti. Mais, pourquoi continue-t-on à l’appeler bâtisseur et bon gestionnaire, s’interroge Mardochée N’sele ?

« Il y aussi, poursuit-il, des sommes importantes d’argent que la province doit aux entreprises minières, aux entreprises partenaires de l’État qui ont effectué des travaux et le gouvernement n’a jamais payé cet argent, soutient Mardochée Nsele.

Il estime ainsi que l’implication personnelle du Chef de l’État, magistrat suprême, pourrait faire avancer les choses. Car, affirme-t-il, l’Assemblée provinciale traîne les pieds pour initier une pétition en vue d’écarter le gouverneur Muyej et de le déférer devant la justice afin qu’il réponde de ses actes de détournement et que l’argent soit retourné au trésor de l’État», a fait savoir Mardochée.

 »Compte tenu des signaux positifs et encourageants manifestés par la vice-gouverneur pendant son intérim à l’absence de monsieur Muyej, poursuit monsieur Mardochée, sollicitons la confirmation par l’Assemblée provinciale de la vice-gouverneur et gouverneur a.i Fyfy Masuka comme gouverneur de la province de Lualaba afin qu’elle puisse continuer le mandat en cours. Car, affirme-t-il, cette dernière a réussi, dans un contexte difficile, à assurer la promotion de l’action du gouvernement central dans la province et à impulser l’adhésion de l’assemblée provinciale à l’Union sacrée du Président de la République», a conclu Mardochée Nsele.

Jean Paul Mubiayi/ LIBERTÉ PLUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *