Rdc-Mines : « Corriger les faiblesses de ses prédécesseurs et revitaliser le secteur minier», telles sont les missions dévolues à Son Excellence Antoinette Nsamba Kalambayi, nouveau ministre des Mines

Depuis les fameuses concertations de Sun-city de 2003 ayant accouché de l’actuelle constitution, c’est la toute première fois que le ministère des Mines de la République Démocratique du Congo est géré par une femme en la personne de Son Excellence Antoinette Nsamba Kalambayi, une « guerrière » (Warior) et non des moindres telle que présentée ci-dessous.

Dans un contexte où il est établi que les nombreuses richesses minières de la RDC ne profitent pas à son peuple, madame la ministre des Mines va passer au crible la gestion calamiteuse de ce secteur depuis 19 ans par ses différents prédécesseurs.

Soulignons que ces derniers avaient évolué dans un environnement où le secteur minier était plutôt considéré comme une vache à lait au profit de quelques individus en quête d’enrichissement facile et sans cause.

C’est à cette fin que des contrats léonins ont dû être signés en cédant à vils prix les actifs et des vastes concessions de l’État à des intermédiaires sans aucun apport financier. Ceux-ci se sont donc comportés comme des simples commissionnaires haussiers en revendant, à leur tour et au profit de quelques politiques congolais, les mêmes concessions 50 ou 100 fois plus cher, aux puissantes multinationales couvertes par le FMI et la Banque Mondiale.

Pourtant, selon le dircaba du chef de l’etat, réagissant aux propos de monsieur Yuma, ancien Pdg de la gecamines sur France inter, « l’État avait la possibilité de valoriser et certifier ces actifs dans une collaboration directe avec ces multinationales sans forcément passer par une « intermediation ruineuse » comme c’est le cas avec la RDC.

En conséquence, l’État congolais n’a plus le contrôle du secteur au profit des multinationales qui décident du sort de ses minerais, en bénéficiant des appuis financiers colossaux destinés à exploiter son sous sol, sans même requérir l’avis préalable de la RD Congo qui se contente des miettes.

Cependant, il y a lieu de noter que Son Excellence Antoinette Nsamba hérite tout de même d’un code minier intéressant promulgué en 2018 mais qui souffre jusqu’ici d’une application déficiente et d’une absence totale de vulgarisation auprès des opérateurs miniers et de la population.

D’ores et déjà, on peut s’imprégner du combat acharné qui attend son excellence madame la ministre pour parvenir à la revitalisation du secteur minier à travers la réhabilitation des pouvoirs publics dans leur rôle de garant de ce secteur, en privilégiant les intérêts du pays, à formaliser les activités artisanales et faire de la lutte contre la fraude minière son cheval de bataille.

Mais, qui est madame Antoinette Nsamba kalambayi ?

Licenciée en droit public interne à l’université de Kinshasa, Antoinette Nsamba est membre de l’administration des mines où elle évolue comme chef de la division des mines. Avec un cursus irréprochable, Son Excellence Antoinette Nsamba kalambayi a été proposée à ce poste par l’UDPS, parti cher au président Félix Tshisekedi.

Ainsi, ayant occupé longtemps de hautes fonctions au sein de ce ministère, tout porte à croire que son excellence Antoinette Nsamba Kalambayi possède des atouts indéniables pour relever les nombreux défis repris ci-haut et auxquels doit faire face le gouvernement de l’Union Sacrée de la République. Le chef de l’État et le premier ministre ont par son truchement une actrice de premier ordre avec qui compter pour réussir le pari de faire bénéficier au peuple congolais le produit de leurs mines.

Hervé Mulumba
Liberté Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *