Augustin Kabuya : « Comme tout dirigeant responsable, je ne peux que prêcher l’amour comme l’unique commandement que le Seigneur Jésus-Christ avait laissé à ses apôtres»

Dans une interview exclusive accordée à Liberté Plus, votre média en ligne, le secrétaire général de L’UDPS a exprimé son voeu de voir regner dans son parti l’amour, rien que l’amour. Car, pour lui, les tiraillements à l’UDPS, les tueries et les exactions enregistrées à l’Est du pays sont le fruit de l’absence de l’amour. Suivez plutôt l’entretien qu’il a eu à son hôtel avec Hervé Mulumba, le DG de Liberté Plus.

Liberté Plus : Bonjour mon général, vous êtes à Matadi depuis hier la nuit. Vous serez dans quelques heures au stade Damar pour clôturer la campagne de Redynamisation de l’UDPS dans le Kongo Central. Avez-vous un message particulier à adresser aux combattantes et combattants de votre parti ?

Augustin KABUYA: Le message d’amour et d’unité; c’est l’unique message qu’on peut lancer en tant que responsable politique, puisque tout tourne autour de l’amour. Même la situation sécuritaire dans l’Est de notre pays est dû par manque d’amour.

Il y a eu des hommes politiques dans notre pays qui, à l’époque, avait déclaré qu’ils vont créer la situation de l’insécurité pour que les investisseurs ne viennent pas. Tout ça c’est par manque d’amour.

Comme tout dirigeant responsable, je ne peux que prêcher l’amour comme l’unique commandement que le Seigneur Jésus-Christ avait laissé à ses apôtres.

Quand il y a l’amour, on ne peut pas songer à faire du mal à son prochain. Ceux qui tuent à l’Est, de même que ceux qui pillent les richesses de la République démocratique du Congo le font par manque d’amour. Quand vous avez l’amour, vous allez comprendre que tout est vanité.

Si au niveau de l’UDPS nous sommes unis, le chef de l’État sera plus fort et aura une majorité absolue au niveau de l’Assemblée nationale. Tout ce qui se passe aujourd’hui à l’UDPS, c’est par manque d’amour que cela arrive.

Quoiqu’en ce jour, c’est moi qui exerce les fonctions de secrétaire général du parti, avant moi, il y a eu d’autres secrétaires généraux et après moi il y en aura d’autres. Avoir l’amour de ce qu’on fait est une richesse.

La suite dans nos prochaines éditions.

LIBERTÉ PLUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *