RDC: les propos de la journaliste Paulette Kimuntu ont énervé plusieurs dispositions du code de déontologie et d’éthique du journaliste congolais ( éditorial)

Les commentaires vont dans tous les sens pour critiquer la mesure de suspension retenue par le PDG Gabriel Shabani, propriétaire de la chaîne de télévision Congo web, à l’endroit de son employée, la journaliste présentatrice de l’émission infos7 diffusée tous les weekends sur la même chaîne.

Néanmoins, ceux qui connaissent très bien le métier du journalisme savent que la décision de Shabani record ne relève nullement d’une quelconque intolérance politique mais plutôt traduit en acte son souci de faire respecter le code de déontologie et d’éthique du journaliste congolais publié au journal officiel le 20 juin 2006 après son approbation par la corporation le 04 mars 2004.
Ledit code interdit au journaliste de faire l’apologie de toute valeur négative et appelle, en son article 13, ce dernier à faire preuve de retenue dans la présentation des faits qui peuvent mettre en danger ou de nuire aux intérêts vitaux de l’État et de la société.

Quand elle se permet de minimiser les conséquences du probable décès brutal du Chef de l’État, au point de donner les exemples du Tchad dirigé actuellement par un pouvoir militaire contesté après la tuerie d’Idriss Deby et de la RDC après l’assassinat de Mzee Laurent-Désiré Kabila, Paulette Kimuntu outrepasse les limites professionnelles au profit de son militantisme béat.

En scrutant l’actuelle situation du Tchad et celle de Kinshasa-RDC de 2001, on constate que la vie n’a pas continué normalement comme veut faire croire notre consœur à qui veut l’entendre. Pourquoi n’a-t-il pas cité aussi le cas de la Libye d’après Mouammar Kadhafi ?

Pire encore, au moment où son patron a parlé de la suspension, elle s’est précipitée de parler de son limogeage du Congo web, alors qu’elle aurait dû parler de la démission volontaire. Quoiqu’il arrive, le mot intolérance politique n’a pas sa place dans cette histoire, car, la suspension constitue une mesure disciplinaire interne d’une entreprise privée ou publique.

Hervé Mulumba

LIBERTÉ PLUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *