Rdc-politique : Polémique sur les crimes commis en RDC, Tshisekedi et Kabund opposent à Kagame la justice internationale comme la seule alternative

Plusieurs chefs d’États africains, dont Paul Kagame du Rwanda et Félix Tshisekedi de la RDC, séjournent à Paris dans le cadre du Sommet France-Afrique 2021, basé essentiellement sur les questions économiques durant et après le Covid-19. Une belle occasion pour certains d’aborder quelques sujets brûlants du continent avec la presse.

C’est le cas de Paul Kagame qui, en se livrant à la presse française le mardi, 18 mai, a malheureusement affiché son orgueil légendaire vis-à-vis de la RDC, au point d’affirmer qu’il n’y a jamais eu des crimes dans les Kivu et traitant, en outre, le prix Nobel de la paix, le Dr Denis Mukuege, le célèbre réparateur des femmes, de pion de la communauté internationale pour ternir l’image de la sous-région. Pendant qu’en même temps, et ce n’est un secret pour personne, le president Paul Kagame s’est évertué, depuis son avènement, à plébisciter le génocide rwandais.

Cette attitude a suscité une vive polémique au sein de l’opinion publique en RDC qui ne comprend pas pourquoi le président du Rwanda remet-il en cause le rapport mapping de l’ONU sur les crimes et atrocités commis en RDC et se permet de s’attaquer avec énergie au Docteur Mukwege dont l’action en faveur des femmes souffrant des fistules après les viols a connu un franc succès sur le plan international ?

Cependant, il y a lieu de reconnaître que les avis sont partagés. Si à l’opposition, on s’est mis à critiquer le Président Tshisekedi pour n’avoir pas répondu du coup à son homologue, il n’en est pas le cas à l’UDPS, le parti présidentiel où, à travers son Président ad intérim, le vice-président de l’Assemblée nationale, l’honorable Jean-Marc Kabund, a dénoncé, je le cite, la posture négationniste du président rwandais face aux crimes commis en RDC. Pour lui en effet, l’attitude du dirigeant rwandais est celle d’un accusé plaidant non coupable.

Celui que l’on nomme par ses proches « 520 gigas » préconise l’institution d’un Tribunal pénal international pour la RDC en vue de juger les crimes répertoriés dans le rapport Mapping publié par les Nations-Unies.

« L’essentiel pour nous, poursuit-il, c’est l’institution, sur base du rapport Mapping, d’un Tribunal pénal international pour la RDC afin que les auteurs, qui qu’il soit et où qu’il se trouve, réponde de ses actes ».

Quelques heures plus tard dans la soirée, le Président de la République, sem Félix A. TSHISEKEDI, est allé dans le même sens que son collaborateur tout d’abord en contredisant son homologue rwandais sur la commission des crimes dans l’Est du pays. « Il appartiendra à la justice de designer les coupables», a-t-il tranché. Ensuite, Félix Tshisekedi a pris position pour Denis Mukwege que monsieur Paul a tenté en vain de vilipender. « Denis Mukwege est une fierté nationale. Il a toute mon affection et notre reconnaissance pour le travail qu’il fait auprès des victimes. Il tarde seulement de lui décerner une décoration valorisant son combat », a-t-il déclaré.

Comme on le voit, Paul Kagame ne pourra nullement échapper à la rigueur de la justice si ses responsabilités directes et indirectes sont valablement établies dans ce conflit ayant endeuillé des millions des personnes avec 6 millions de morts, décimé des familles avec des viols sur des femmes, causé des atrocités. L’état de droit en cours d’installation en République démocratique du Congo pourra donc renverser certaines tendances dans la région, particulièrement les personnes impliquées dans les massacres relevés dans ces contrées.

Qui dit mieux ????

Hervé Mulumba,
LIBERTÉ Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *