UDPS : Joseph Bulabula demande aux administrateurs des groupes WhatsApp du parti de retirer sans condition « le Sénateur Poutine» dans 48 h

Le Combattant de l’UDPS, Joseph Bulabula est monté au créneau pour fustiger la double face que fait montre certains de ses camarades administrateurs des groupes WhatsApp du parti.

Il estime que la plupart d’entre eux jouent un très mauvais jeu en gardant les détracteurs des autorités de l’UDPS dans ces différents groupes.

« Cher Liberté plus, je trouve quand bien même bizarre que les gens qui se sont approchés ce dernier temps soit du président a.i, l’honorable Jean-Marc Kabund ou du Secrétaire Général Augustin Kabuya, entretiennent leurs opposants virulents dans les groupes WhatsApp destinés pourtant à véhiculer les informations du parti. C’est ce qu’on appelle la double face», fait savoir Joseph Bulabula visiblement très monté.

Il va pour preuve citer « Sénateur Poutine», un détracteur patenté et instrumentalisé, dont l’impact a été réduit sensiblement sur Facebook grâce à une ligne offensive médiatique puissante, mais qui a brusquement repris du poil de la bête grâce à un impact direct qu’il exerce dans les milieux des combattants du fait de ses communications méchantes contre la hiérarchie de l’UDPS sur WhatsApp. Il est suivi à longueur des journées dans tous les forums Udps comme un journaliste, vilipender bec et ongles la hiérarchie du parti sous le regard impuissant des administrateurs.

Sans peur d’être contredit, affirme-t-il, les combattants qui entretiennent « Sénateur Poutine» dans les groupes WhatsApp du parti sont des traîtres, ils travaillent contre nos autorités en démobilisant les troupes.

C’est pourquoi, je leur accorde un délai de 48 heures pour que Sénateur Poutine, auteurs des insultes et des messages incendiaires contre la hiérarchie, soit retiré de tous les groupes identifiés comme WhatsApp du parti.

Au cas contraire, je crois qu’il revient à la hiérarchie de notre parti de prendre des dispositions nécessaires surtout dans leur entourage immédiat», a conclu Joseph Bulabula.

LIBERTÉ PLUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *